Emboîtant le pas de la 3DO et du CD-i, la console Pippin est avant tout un standard développé par Apple, dont Bandai rachètera la licence pour une commercialisation à grande échelle au Japon en 1996. Performante sur bien des points notamment avec sa connectique vidéo qui lui permet d’être rattachée à un moniteur au choix en composite, en VGA ou en S-vidéo ; la Pippin est architecturée  autour d’un PowerPC livré avec un modem, une suite bureautique et un système d’exploitation dérivé du Mac OS pour surfer sur Internet.

Sa manette, noire ou blanche suivant le pays d’origine, dispose d’une molette en son centre pour se substituer à une souris que vous pouvez toutefois acheter (ainsi qu’un clavier ou une imprimante). Véritable petit Macintosh de salon, cette structure commune permet un portage aisé du catalogue Mac vers la console. C’est d’ailleurs la première plateforme à accueillir un jeu développé par Bungie, les créateurs de la série Halo, appelé Marathon. Ces quelques qualités n’en sont pas moins vaines, le raz-de-marée de la Playstation a tôt fait d’enterrer la Pippin dont les ventes sont catastrophiques. Bandai est contraint d’arrêter sa production en juin 1997.

Vous pouvez également aimer :