Tout droit sortie de l’imagination débordante de Gunpei Yokoi, créateur des Game & Watch et de la Game Boy, la WonderSwan est commercialisée en mars 1999 afin de concurrencer deux autres portables déjà bien implantées au Japon, la Neo-Geo Pocket et surtout la Game Boy Color de Nintendo. Disponible en dix coloris différents, cette plateforme innovante propose de jouer aussi bien à l’horizontale, qu’à la verticale, grâce à deux sticks directionnels situés sur le côté gauche de l’appareil.

Grâce à son prix attractif, à peine quarante euros, et à son autonomie d’une trentaine d’heures, la console attire l’attention de bon nombre d’éditeurs dont Capcom et Squaresoft . Profitant de la sortie d’éditions collector de grande qualité et d’une large gamme issue de séries cultes au Japon (Final Fantasy, Rockman ou encore Gundam), la WonderSwan se vend à plus d’un million d’exemplaires. Ce chiffre n’inclut pas les deux versions successives de la console sorties en 2000 et 2001, Color et SwanCrystal, plus abouties technologiquement mais qui n’arriveront pas à faire face au raz-de-marée des Pokémon qui sévissent sur Game Boy Color à la même époque.

Vous pouvez également aimer :