La Saturn est l’avant-dernière console grand public de Sega. Elle doit son nom au fait qu’elle est la sixième console du constructeur japonais et que la planète Saturne est la sixième planète du système solaire. Très puissante pour l’époque, la console 32 bits de Sega se heurte malheureusement à la PlayStation de Sony plus aboutie technologiquement (notamment en ce qui concerne la gestion de la 3D), plus simple à programmer et soutenue par un marketing plus ambitieux.

Toutefois, la Saturn reste la meilleure plateforme de sa génération pour le jeu en 2D avec de nombreux jeux de rôle qui ne seront malheureusement pas traduits en Occident. Elle offre aussi une grande variété de jeux issus du catalogue du constructeur en arcade avec de prestigieuses licences telles que Sega Rally, Virtua Fighter ou Virtua Cop sans compter certains titres exclusifs qui misent sur une forte identité artistique (Nights, Panzer Dragoon). De plus, c’est l’unique console à proposer de jouer à dix joueurs à Bomberman, à une période où les machines n’étaient pas encore reliées à Internet. Néanmoins, cela ne suffit pas à concurrencer les ventes phénoménales de la PlayStation qui lui sont dix fois supérieures. Un nouvel échec après le Mega-CD et le 32-X qui sera lourd de conséquence pour la bonne santé financière du constructeur.
 

Vous pouvez également aimer :