À partir de 1988, Sony travaille de consort avec Philips sur un périphérique pour la future Super Nintendo qui doit être capable de lire les CD-Rom. Le projet est avorté (Nintendo voyant probablement d’un mauvais œil le fait de payer des royalties aux inventeurs du CD-Rom), mais Sony continue de développer en secret sa machine qui va révolutionner le secteur du jeu vidéo familial. À sa sortie en 1994, la PlayStation bluffe aussi bien la critique que le public par ses capacités graphiques hors du commun. Les jeux sont presque tous en 3D et animés avec une fluidité jamais vue jusqu’à présent.

On parle de claque PlayStation : « la voir, c’est la vouloir ».
Armé d’une communication de masse et de sa machine, le constructeur arrive même à modifier l’image du jeune joueur enfermé dans sa chambre en s’adressant à un public plus mature. La génération PlayStation joue passé vingt ans et l’assume ! Les jeux vidéo passent ainsi d’un phénomène de mode générationnel à un véritable phénomène de société.  Cinq mille jeux et cent millions de consoles écoulées plus tard (la première plateforme de salon à atteindre ce stade !), la branche jeu vidéo de Sony va représenter jusqu’à la moitié des bénéfices du groupe. La promesse initiale de Ken Kutaragi, son inventeur, est bel et bien gravée dans le marbre : « la PlayStation, elle est là, et pour longtemps ».

Vous pouvez également aimer :