Produite de 1983 à 2003, la NES symbolise le passage de témoin entre les industries américaines et japonaises dans le secteur du jeu vidéo. Avec Taito (Space Invaders), Namco (Pac-Man) ou Nintendo (Donkey Kong), le Japon en était déjà un acteur important mais sa production restait jusque-là cantonnée aux salles d’arcade. En 1983, le jeu vidéo connait sa première crise massive en Occident. Epargné par le phénomène, le constructeur japonais, qui s’était déjà occupé de la distribution de l’Odyssey sur son territoire, décide de lancer sa première console grand public, la Famicom (contraction de Family Computer). En 1984, il ajoute à sa console un clavier et tente, en vain, de la vendre aux Etats-Unis en tant qu’ordinateur.

Ce n’est que l’année suivante, en 1985, que le constructeur réussi son pari en positionnant sa console comme un système de loisir, appelé NES, dont il modifie le design au passage. L’une des nouveautés principale est que Nintendo verrouille désormais la création afin d’éliminer toute apparition de titres médiocres sur sa plateforme. C’est donc sur la qualité de ses jeux que l’entreprise va désormais bâtir son succès. Pour s’en convaincre, il suffit d’égrener la liste des séries populaires qui y ont fait leur début : Castlevania, Metroid, Final Fantasy ou encore Super Mario Bros et Legend of Zelda.

Vous pouvez également aimer :