Sortie en 1988 au Japon et deux ans plus tard en France, la Megadrive est la première console 16 bits de sa génération, si l’on excepte l’Intellivision qui utilisait aussi cette technologie mais forcément de manière moins aboutie aux début des années 1980. Techniquement très au point, la Megadrive profite de l’électronique maison développée en interne par Sega, leader sur le marché de l’arcade à l’époque. Un très grand nombre de titres issus des salles de jeux seront donc ainsi adaptés avec succès sur la plateforme : Altered Beast, After Burner, OutRun en plus d’un catalogue de licences déjà bien fourni (Shinobi, Monaco GP, Quackshot, etc.).

Apparu en 1991, le hérisson Sonic (la nouvelle mascotte choisie par Sega pour concurrencer Mario) est bien sûr l’un des emblèmes phare de la plateforme ainsi que le slogan « Sega, c’est plus fort que toi » qui positionne l’appareil vers un public d’adolescents plus révoltés que celui de Nintendo. Toutefois, les choix tardifs du constructeur de développer un lecteur CD-Rom, le Mega-CD, ainsi qu’un module optionnel censé réaliser de la 3D, appelé 32-X au catalogue de jeux très restreint, ne convaincront pas les joueurs qui se tournent de plus en plus vers la Super Nintendo. Au total, environ 40 millions d’exemplaires de la Megadrive seront vendus. Il s’agit du plus important succès de Sega en tant que constructeur.
 

Vous pouvez également aimer :